Benjamin : 34 ans, Créateur et gérant d'Alternoo

« Géographe de formation et agent de développement local, j'ai travaillé plusieurs années en Indonésie sur les risques naturels et leur prévention. En m'installant à mon retour à Paris, j'ai été frappé par la difficulté de trouver des aliments frais de qualité. En creusant la question, j'ai trouvé de cartes et des chiffres qui m'ont sauté aux yeux : nos circuits alimentaires sont des circuits longs, les régions sont spécialisées en grands bassins de production, et nous sommes clairement exposés à ce qu'un géographe pourrait appeler une situation de « vulnérabilité alimentaire ». J'ai alors décidé de créer une solution pour donner accès à une alimentation de qualité, de la plus grande fraîcheur et issue des exploitations agricoles dites « paysannes », afin de soutenir les petits producteurs locaux et de renforcer la souveraineté alimentaire de nos territoires. Cela s'est concrétisé par la structuration de la seule filière logistique spécialisée sur l'agriculture biologique en Haute-Normandie, afin d'acheminer ces bons produits frais à Rouen et à Paris, suivant la philosophie des locavores (respect d'un rayon de 160 km autour du lieu de consommation). Alternoo est pour moi plus qu'une entreprise, un outil d'action pour apporter des réponses aux problématiques de notre société, qu'elles soient environnementales, énergétiques, économiques ou de santé publique. »

Clément, 34 ans, responsable logistique et relations clients

« Après avoir obtenu un diplôme de logistique et transport, je suis parti travailler pendant 8 ans à Londres dans le secteur de la restauration. Lorsque Benjamin m'a proposé de le rejoindre j'ai accepté car ce projet correspond à des valeurs qui me parlent, en particulier l'idée d'avoir accès à une alimentation de grande qualité. Au quotidien je gère une logistique complexe et aléatoire, où il faut savoir à la fois dénicher les produits de qualité, mais aussi être réactif et trouver des solutions quand, par exemple, la météo de la veille a détruit les salades de la ferme où je comptais passer. J'ai toujour aimé cuisiner de bons produits et c'est un plaisir de voir la qualité de ce que l'on peut trouver en Normandie. Je m'occupe également de traiter les commandes au quotidien et suis votre interlocuteur pour toutes les questions pratiques concernant vos commandes et livraisons. »

A l'origine du projet Alternoo :

"La géographie a toujours été une passion : je m'intéresse depuis longtemps aux questions agricoles, économiques, territoriales, aux relations entre les hommes et leurs milieux, aux liens entre local et global. Mais je suis aussi un bon vivant, qui aime la bonne cuisine et ses moments de convivialité !

Lorsque je me suis installé en ville, j'ai été frappé par la difficulté de trouver des aliments de qualité. J'ai eu la chance de connaître enfant les légumes du jardin, et je désespérais de ne pas retrouver ces odeurs et ces goûts. En cherchant une alternative aux circuits habituels je découvrais des mots nouveaux, un peu étranges : "amap", "locavores", "biodynamie", "agroécologie"...

C'est alors que je me suis décidé à mettre en place une filière courte : pour faire le lien entre les producteurs et les consommateurs, rendre accessible une alimentation saine et de qualité et développer une agriculture vraiment soutenable pour demain. Je cherchais une terre d'accueil, et ce fut la Haute-Normandie : un territoire très en retard concernant l'agriculture biologique (1% des surfaces cultivées en 2011), avec de véritables trésors culinaires et des producteurs passionnés. Je rencontrais d'un côté des producteurs qui cherchaient des débouchés en circuit court et réguliers, de l'autre des citadins à la recherche de ces produits rares ; et aucune filière courte biologique à Rouen, à l'exception des excellentes alternatives que sont les Amap. Il ne restait plus qu'à retrousser ses manches !

Le bio n'est pas une mode mais bien une alternative à l'agriculture conventionnelle, dont les sustances chimiques détruisent la vie biologique des sols et polluent les nappes phréatiques. Le discours selon lequel seules les sciences et la technique pourront nourrir les futurs 10 milliards d'être humains n'est pas exact : de nombreuses études officielles ont prouvé que l'agriculture non chimique (agro-écologie) est plus productive à l'hectare et s'adapte mieux aux changements climatiques.

La liberté du choix alimentaire est un droit fondamental, aujourd'hui mis en péril. Veillons activement à ne pas en être dépossédés."

Benjamin